Artisanat de dentelle Burano lagune de Venise
Accueil » Le Nord-Est de l’Italie excursion à thème » La Vénétie république de Saint Marc » Artisanat de la Vénétie verre de Murano céramique » La dentelle de Burano excursion journalière

La dentelle de Burano excursion journalière

La dentelle de Burano est bien connue comme artisanat de la Vénétie. Ce texte rend compte de l’expérience d’une femme qui, avec ténacité et passion continue une tradition de son île: son nom est Sandra Mavaracchio et l’île est Burano. Juste au-dessous son introduction:

« La dentelle de Burano vit toujours! »

Violée par la course effrénée à l’enrichissement des commerçants peu scrupuleux qui, dans les dernières décennies ont délibérément presque complètement supplanté la dentelle originale avec des «copies», moins chères et sans qualité, en provenance des pays d’Extrême-Orient; inexplicablement laissée au second plan par des hommes politiques souvent sourds à écouter le cri de douleur d’un art avec près d’un millénaire à l’agonie; Je suis convaincue que la voie dorée à la relance de la dentelle de Burano est d’enseigner, d’abord, la technique de traitement aux jeunes générations.

L’art de la dentelle à Burano

Actuellement, l’art de la dentelle de Burano est maintenu en vie par les femmes d’un certain age comme moi, pour la passion de continuer à produire de la dentelle raffinée à la fois inspirée à la tradition, ou en développant de nouveaux dessins. Le but est d’entrer dans un marché mondial qui, peut-être en raison de la crise mondiale qui l’a investi en 2007, revalorise la qualité au lieu de la quantité. C’est mon intention d’exploiter ce que mieux offre l’imparable processus de globalisation pour faire redécouvrir internationalement la dentelle de Burano. Consciente du fait que «l’histoire est le maître de la vie», il est nécessaire de créer une coopération avec les institutions afin d’obtenir des protections, des garanties formelles et substantielles pour un art qui a été la fierté de Venise depuis des siècles.

L’histoire de la dentelle de Burano

Probablement la technique de travail est importée de Byzance au cours du XIIIème XIVème siècle, mais dans la lagune de Venise le traitement de la dentelle assume immédiatement sa propre identité. Les premiers documents écrits fiables qui parlent de la dentelle datent du milieu du XIVème siècle. C’est connu que en 1414 la noble dame Giovanna Dandolo, épouse du doge Pasquale Malipiero, travaille pour protéger et propager la dentelle, qui, au XVème siècle, suit la mode du moment.
La dentelle de Burano se trouve sur les vêtements sacrés, sur les couvertures et les draps, sur la décoration de l’autel des innombrables églises de la Serenissima, sur les rideaux et les oreillers, les robes et les voiles de mariée, sur les revers, les cols, les poignets jusqu’à l’ornement de la maison avec les nappes, les napperons, les bandes pour les différents types de meubles.

La dentelle de Burano dans le monde

La renommée des dentellières et leurs œuvres d’art se répandent rapidement dans toute l’Europe. Richard III en 1483, en occasion de son couronnement comme roi d’Angleterre, montre une robe ornée de dentelle vénitienne et la faveur que la dentelle de Burano rencontre à la cour française est bien connue, où la reine Catherine de Médicis ne manquait pas de jour sans montrer une nouvelle pièce de sa collection infinie.

Les laboratoires dans la lagune de Venice

L’importance de la dentelle se développe rapidement grâce à la création de laboratoires, comme le quartier de Santa Fosca, promu par la dogaresse Morosina Morosini, épouse de Marino Grimani, qui vise à reproduire et à enrichir dans le style de Buranello-Venetian la dentelle en provenance de l’Orient. Sous la direction de l’enseignante / mistra Catherine Gandin, ce laboratoire comprend plus d’une centaine de dentellières qui créent tous les jours de véritables œuvres d’art.

Le savoir faire

La Serenissima, si d’un côté ne crée pas des écoles ou des fraternités pour les travailleurs de l’aiguille et souvent interdit même la vente directe (en soumettant l’art de la dentelle féminin à l’art masculin des « Marzeri »), de l’autre côté elle est préoccupée par le croissant intérêt européen, surtout flamand et français qui tentent d’imiter le style et l’élégance même en comptant sur les dentellières à la cour. Donc, elle interdit l’exportation du « savoir-faire » de l’art de la dentellière, les conséquences sont des condamnations sévères qui atteignent même l’emprisonnement et la mort des membres de la famille des dentellières qui exportent l’art.

Le succès extraordinaire des dentelles à l’aiguille dans la mode des femmes et des hommes de l’époque, ainsi que des meubles, invite les instituts religieux à organiser une « production industrielle » à Venise. Pour l’aiguille on choisit Burano, où chaque femme savait comment faire la dentelle, en travaillant en équipes spécialisées dans les différents points qui sont assemblés à la fin dans le produit final. L’industrie de la dentelle habille et embellit toutes les cours européennes les plus importantes jusqu’à la triste chute de la Sérénissime par Napoléon.

Mme Ciencia Scarpariola

Avec les autres points traditionnels, la dentelle de Burano serait un simple souvenir mais l’intérêt reprend grâce à Mme Ciencia Scarpariola, inségnante dentellière et vrai gestionnaire pour la relance de la dentelle de fin XIXème siècle. L’école de la dentelle de Burano, où Mme Cencia enseigne, a été fondée en 1872 par la volonté de Paolo Fabbri, adjoint du nouveau-né Royaume d’Italie, sous le patronage de la reine Margherita et grâce à l’intervention et la passion de la comtesse Adriana Marcello. L’objectif est de faire revivre la séculaire production de la dentelle de Burano dans une période de grave crise économique pour l’île, l’enseignement aux jeunes femmes d’un emploi rémunératif.

A’ cette école on entrait à un âge précoce, et il y avait différentes classes et niveaux. Le côté technique de l’école s’adresse à la production de la qualité, en redécouvrant les points et les modèles traditionnels, et en introduisant des variantes pour embellir la dentelle.
Puis les crises économiques, les guerres mondiales et l’industrialisation effrénée minent tellement l’art de la dentelle que l’école ferme ses portes en 1973.

Le défi

Aujourd’hui, l’école de la dentelle est insérée dans le circuit des Musées Civiques et vit pas tellement en raison du tiède intérêt des institutions, mais du travail des dentellières « survivantes » qui donnent des démonstrations de l’art de la dentelle. Le défi est de stimuler la dentelle avec l’enseignement de la technique aux jeunes générations, dans l’espoir que les institutions prennent des mesures pour protéger la qualité du produit. Les « buranelle » savent encore comment travailler avec l’aiguille et le fil, mais c’est nécessaire d’en faire une profession gratifiante et qualifiante à tous points de vue.

Visite privée dentelle de Burano - Lagune de Venise

2 + 10 =

Pin It on Pinterest

Shares
Share This