Château de Vigoleno, nord de l'Émilie-Romagne
Accueil » Le Nord-Est de l’Italie excursion à thème » Émilie Romagne, gastronomie, musique, moteurs » Villes d’art Émilie Romagne capitales provinciales

Villes d’art Émilie Romagne capitales provinciales

Villes d’art Émilie Romagne capitales provinciales, une région située dans le Nord-Est de l’Italie. Au-delà du tourisme et de la gastronomie, la région est connue pour ses différentes villes d’art. Note importante, la plupart de ces villes se succèdent le long de la Via Aemilia. Comme resultat, depuis plus de deux millénaires, les biens et les cultures continuent à se déplacer le long de cette importante voie de communication. Comme on peut le voir, les villes d’art de l’Émilie-Romagne sont de petite et de moyenne grandeur. À l’exception de Bologne qui est la capitale de la région. Par conséquent, elles offrent de grands témoignages d’œuvres d’art et des centres historiques souvent intacts depuis des siècles.

Les villes avec un caractère médiéval

La richesse de l’Émilie-Romagne est, sans aucun doute, la prééminence dans les villes et les paysages de son histoire. En fait, des structures de centaines et de milliers d’années ont survécu en grand nombre. Et cela malgré les tremblements de terre et les inondations. Et même des ouragans, des guerres et de reconstructeurs zélés. Depuis l’époque romaine, les places centrales des villages et des villes étaient le cœur du gouvernement. Combinant le château, la mairie, l’église ou le temple et la place du marché. La plupart des villes et des villages d’art de l’Émilie-Romagne conservent leur caractère médiéval.

La voie principale pour déplacer les troupes et les marchandises

Pour consolider le territoire, Aemilius a constuit une route en 187 avant J-C de Rimini, sur l’Adriatique, à Plaisance. Surtout, en passant par la plupart des villes d’art de l’Emilie-Romagne. Tout d’abord, cette route droite, la Via Aemilia, parcourait le bord sud de la plaine du fleuve Pô. Comme résultat, cela permettait les déplacements de troupes et de marchandises. Et à intervalles réguliers, une colonie fortifiée connue sous le nom de castrum défendait la route.

Le castrum

Le castrum, construit selon la précision romaine, avait un axe central où l’on pouvait trouver la place centrale et le forum. D’ici on trouvait le Decumanus Maximus qui était la route principale orientée est-ouest. Et le Cardo Maximus, la route orientée nord-sud. En plus, d’autres routes ont été construites parallèlement à celles-ci. De nos jours, les lieux où se trouvait le forum, sont dans bien des cas le centre des villes d’art de l’Émilie-Romagne. Comme on peut voir à Plaisance. Note importante, le Decumanus et le Cardo sont souvent les voies principales de la ville.

Jules César et le Rubicon

Près de Rimini, l’une des villes d’art de l’Emilie Romagne, se trouve le petit fleuve Rubicon. Il semble être le site où Jules César a lancé sa saisie légendaire de son pouvoir. En fait, conduisant à la grande ère de l’Empire romain. Comme résultat, avec l’Empire romain, de grands monuments, des temples, des ponts et des amphithéâtres ont été construits. Et Ravenne devient le centre des 250 navires de la flotte prétorienne de l’empereur Auguste.

Les Romains et les Byzantins

Les meilleures structures de l’Empire romain restent à Rimini. Ici on trouve le Pont de Tibère, l’arc d’Auguste et une partie du mur romain. En outre, Bologne possède un aqueduc romain en bon état de fonctionnement. Et aussi les restes d’un théâtre romain dans le centre historique. Mais au 5ème siècle, l’empereur Honorius déplace la capitale de l’Empire d’Occident à Ravenne. Comme résultat, les travaux d’architecture prospérent dans la ville portuaire. En fait, ils ont construit de grands temples, des églises, des palais et des mausolées. Aujourd’hui, Ravenne est l’un des endroits les plus visités comme villes d’art de l’Émilie-Romagne. Car la ville contient les meilleurs exemples d’art et d’architecture byzantines de l’Italie.

Mathilde de Toscane

Au début du Moyen Âge en Émilie Romagne, l’allié du pape Grégoire VII au nord de l’Italie était Mathilde de Toscane. Il semble qu’elle a fait construire des centaines d’églises en Émilie-Romagne. Afin de souligner le rôle central du catholicisme. La plupart de ces églises sont de style roman, étant l’œuvre de Wiligelmo et son école de sculpteurs de Modène. Et en plus de l’architecte Lanfranco. Modène est l’une des plus importantes villes d’art de l’Émilie-Romagne. Surtout, sa cathédrale est le meilleur exemple d’art roman dans le nord de l’Italie. D’autres exemples sont la cathédrale de Parme et son baptistère. Et même la cathédrale de Plaisance et l’abbaye de Pomposa dans la province de Ferrare.

Les artistes pendant la domination papale

La domination papale a apporté une paix relative, et de nombreux châteaux ont été convertis en palais d’été ou en « delizie ». Une nouvelle génération d’artistes géniaux émerge, ornant des palais et des églises avec des fresques magnifiques dans toutes les villes d’art d’Italie. En Romagne, l’école de Rimini, dirigée par Pietro da Rimini, était très influente. En Emilie, les plus grands artistes étaient Correggio, Parmigianino, Guercino et Guido Reni. En plus de Ludovico et Annibale Carracci. Correggio était peut-être le plus influent de ceux-ci et il est considéré comme un inspirateur du début du baroque. Ses fresques sur les coupoles de la cathédrale de Parme sont exceptionnelles.

Le centre européen d’apprentissage

Au milieu du nouveau illuminisme, en 1088, Bologne devient le centre de la plus ancienne université du monde. En fait, on trouve une ville qui est le centre européen d’apprentissage. Surtout son but initial était d’interpréter le droit romain des Codes de Justinien apportés de Ravenne. En conséquence, l’université a attiré les papes, les rois et les intérêts de Thomas Becket, Dante, Copernic et Boccaccio.

Inspirés par la révolution française

La révolution française, avec sa devise « Liberté, Égalité et Fraternité », a secoué l’Europe. Les états féodaux étaient trop faibles et divisés pour résister à l’invasion révolutionnaire de Napoléon en 1797. Les gens accueillaient les troupes avec des idées plus démocratiques, apportant le Code Napoléon. En acclamant la fin de nombreuses pratiques féodales et de la persécution des Juifs. En conséquence, le Tricolore devient le drapeau des républicains qui se soulèvent, créant la république de brève durée Cispadane et Cisalpine. Emilia était au cœur de la rébellion. Et le Tricolore, qui deviendra le drapeau de toute l’Italie en 1848, a d’abord été élevé dans la ville de Reggio d’Émilie.

Les villes d’art de l’Émilie-Romagne

Et maintenant, nous signalons toutes les villes d’art de l’Émilie-Romagne qui sont les capitales provinciales.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This