Palazzo Schifanoia particulier des fresques, palais de la Renaissance, Ferrare au Moyen Âge

Ferrare au Moyen Âge, centre de la Renaissance

Ferrare au Moyen Âge est le seul centre majeur de l’Émilie qui ne possède pas ses origines dans l’Antiquité. Fondée dans la plaine du fleuve Pô au Nord-Est de l’Italie, sa première colonie a été construite au VIIéme siècle par les exarques de Ravenne. En fief des comtes de Canossa, en 1115 Ferrare retrouve la liberté, mais elle est impliquée dans les luttes entre les Guelfes et les Gibelins. Aux Guelfes se joint la famille Este, et à partir de 1240 ce trace le début réel de la seigneurie. Sous la domination des Este commence une ère de développement économique et de splendeur artistique.

Une riche saison culturelle

La cathédrale romane, magnifique monument de la ville médiévale, avait déjà été inaugurée en 1135. Ferrare au Moyen Âge comme ville d’art vit une grande saison culturelle en offrant l’hospitalité à Leon Battista Alberti et Piero della Francesca. En 1492, on construit une véritable cité de la Renaissance, avec des parcs, des jardins et des vergers: l’addition herculéenne.

Ferrare au Moyen Âge a une caractéristique intrigante presque unique en Italie. En fait, se promener aux alentours de la ville, c’est comme remonter le temps. Une impression qu’on saisit en marchant le long de ses relaxantes ruelles, en admirant ses beaux palais et ses parcs tranquilles. Ainsi, son architecture, son université et ses traditions en font une ville cultivée. À noter, Giorgio de Chirico a été inspiré ici. Il était l’un des fondateurs du mouvement de la peinture métaphysique.

Ferrare, patrimoine mondial de l’Unesco

Le centre historique de Ferrare fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco. De nos jours, la muraille construite au XVe siècle entoure la ville. En effet, un cercle vert renferme les rues dominées par des constructions médiévales et des palais de la Renaissance. Note importante, pour trois siècles, Ferrare au Moyen Âge était la capitale de la Maison d’Este. En conséquence, elle est devenu l’une des villes les plus riches et les plus dynamiques de la Renaissance de l’Italie. En plus, Ferrare a su attirer des peintres comme Piero Della Francesca et des architectes comme Leon Battista Alberti. Ainsi que des poètes comme l’Arioste et le Tasse. Ferrare est aujourd’hui une ville d’art riche qui ajoute à son patrimoine l’organisation de nombreuses expositions.

La cathédrale de Ferrare au Moyen Âge

La consécration de la cathédrale dédiée à Saint Georges le patron de la ville date 1135. Au fait, dans la lunette au-dessus de l’entrée centrale, il y a une sculpture du Saint qui tue le dragon. C’est un travail de Niccolò, un artiste de l’école de Wiligelmo. Mérite une note, Wiligelmo a fait les décorations sculptées de la cathédrale de Modène. En outre, la façade est tripartite avec deux contreforts surmontés par des pinacles. Dans l’ensemble, on voit une solution qui mélange les lignes romanes de la partie inférieure avec les éléments gothiques du second ordre. Parmi les œuvres conservées à l’intérieur, nous trouvons des fresques de Benvenuto Tisi, dit il Garofalo. Ainsi que le Martyre de saint Laurent (1629) du Guerchin. En plus, Bastianino a fait le Jugement Dernier, la fresque de l’abside de la cathédrale, entre 1577 et 1581. Et il semble qu’il a été inspiré par le jugement de Michel-Ange.

De l’autorité pontificale à la seigneurie d’Este

L’autorité pontificale et les Lombards contrôlaient le territoir en 986. Mais dans l’âge où la règle de l’église commençait à s’affaiblir, les familles nobles augmentaient leur pouvoir. À Ferrare au Moyen Âge, la maison d’Este émerge à la tête de la faction antipapiste. En détail, Obizzo II D’Este prend le contrôle de la ville au XIIIe siècle. Pendant la domination de la famille d’Este, on construit de beaux palais et des églises. Mais, en 1598, sans héritiers mâles, ils cedent le domaine au pape. Cependant, ils ont laissé une empreinte importante de la Renaissance italienne.

La maison d’Este, les seigneurs de Ferrare

Originaires de Este, en province de Padoue, les Este deviennent les seigneurs de Ferrare en 1264. Au XIIe siècle, une des figures les plus importantes de la famille était Béatrice I d’Este. Tout d’abord, ils étaient des diplomates astucieux. En fait, ils développent leur pouvoir sur les liens de parenté avec les familles les plus nobles de l’époque. Parmi les plus célèbres, Borso d’Este (1413-71), qui obtient l’investiture de Duke de Modène et de Reggio d’Émilie par l’empereur Frédéric III. Et Hercule Ier d’Este, qui accueille des poètes comme Ludovico Ariosto dit L’Arioste et Matteo Maria Boiardo. Ainsi que des peintres comme Cosmè Tura et Francesco del Cossa. Surtout, la maison d’Este atteint le sommet de son pouvoir avec Alphonse Ier d’Este et Hercule II d’Este. Ensuite, la décadence des signeurs de Ferrare commence. En fait, le dernier duc Alphonse II d’Este meurt sans laisser des héritiers légitimes. Par conséquent, le pape Clément VIII réclame le duché et la cour se déplace dans les villes de Modène et de Reggio d’Émilie.

Les murs défensifs

Ils ont détruit les vieux murs médiévaux au fur et à mesure que Ferrare au Moyen Âge se développait. Aujourd’hui, la ville conserve encore 9 km de ses murs d’enceinte construits entre le XVe et le XIXe siècle. Les murs sont assez bas, comme toutes les structures utilisées à partir de la Renaissance. Ceci en raison de l’introduction de la poudre à canon car, ces murs épais défendaient la ville déviant les balles de canon au sol. En plus, un fossé profond, large 33 mètres, entourait les murs. Et la mousse verte sur les murs indique la vieille ligne d’eau. Dans ce mini-canal, la famille d’Este organisait des combats en bateaux, en utilisant des soldats, pour leur plaisir.

Ferrare au Moyen Âge et son château

La construction du château de Saint Michel remonte à l’an 1385. Assurément, après un violent soulèvement de la population de Ferrare, exténuée par la faim et opprimée par les impôts. Donc, le marquis Nicolas II d’Este commissionne l’architecte Bartolino de Novare pour le construire. L’emplacement du château était proche des ramparts médiévaux au nord de la ville. En plus, un large fossé entourait tout le bâtiment. Note importante, ce fossé faisait partie d’un réseau de canaux que, à cette époque, traversait la ville.

À la fin du XVe siècle avec Hercule Ier d’Este, ils ajoutent un niveau au château qui devient le siège de la cour. À partir de 1492, avec la création de l’Addition herculéenne, la ville s’élargie du double vers le nord. A noter, l’addition herculéenne est le grand plan d’urbanisme de Biagio Rossetti. Comme résultat, grace à ces travaux, le château se trouve maintenant au centre de la ville.

En 1554, après un incendie, commencent les travaux de rénovation qui transforment l’apparence du château, de militaire à courtois. Tout d’abord, ils enlèvent les remparts médiévaux en les remplaçant par d’élégantes balustrades de marbre. Et ensuite, ils ont construit les terrasses qui animaient le bâtiment en invitant la contemplation du paysage. En plus, les differents jardins urbains représentaient le prélude de ceux des « Delizie ».

Après la dévolution de la ville au pape, une succession de cardinaux s’installe dans le château. En définitive, ils y resteront jusqu’à l’unification de l’Italie.

L’addition herculéenne

En 1492, en raison des besoins militaires, ils commencent l’intervention qui dessinera la nouvelle limite définitive de la ville. Tout d’abord après la défaite subie dans la guerre de 1482-1484. En fait, l’armée vénitienne était réussie à arriver aux portes du château. Un événement qui a persuadé le duc Hercule Ier de prendre une décision importante. L’opportunité de déplacer les structures défensives de Ferrare au Moyen Âge plus au nord.

Nous devons également ajouter les besoins de prestige de la cour. En fait, le projet a doublé la grandeur de la surface urbaine. Et en plus, le château du duc se trouvera de la limite extrême au centre exact de la ville. Note importante, le projet est confié à Biagio Rossetti.

Biagio Rossetti

L’addition herculéenne est la démonstration claire de ce qu’un urbaniste astucieux peut faire, sans avoir des contraintes politiques excessives. Tout d’abord, Biagio Rossetti satisfait les exigences du Duc, en réalisant immédiatement les nouveaux murs défensifs. Et ensuite, il se consacre à la construction de tout le tissu urbain. Avec une liberté rare, aussi bien qu’équilibrée, il applique les nouveaux principes de l’organisation de l’espace.

La ville idéale

Sous la direction de Rossetti, ils ont édifié plusieurs structures d’importance historique et artistique. Dans le détail, nous trouvons douze églises et vingt palais dédiés aux nobles de la ville. Mais tout d’abord, le projet représentait une nouvelle idée de la ville, inspirée par les principes de l’harmonie cosmique de dérivation platonicienne.

Considérons la prospective du centre de la structure. Dans le détail, le point clé où se rencontrent les deux routes principales de l’Addition. Ici, Rossetti a placé les bâtiments les plus prestigieux: le Palais des Diamants, construit pour Sigismondo qui était le frère du duc. Ainsi que les palais Turchi di Bagno et Prosperi-Sacrati. A la même distance de ce noeud central, se trouvent deux églises. À l’est, l’église de Saint Jean Baptiste et à l’ouest le complexe de Saint Benoît. Mais c’est tout le tissu urbain qui s’organise en symétries harmonieuses dans le système orthogonal créé par Rossetti.

Le déclin

En 1598, le dernier duc quitte la ville pour se retirer à Modène et Ferrare passe à l’état du pape. Et enfin, La ville de Ferrare joint l’Italie en 1859. Aujourd’hui, la ville peut être aussi le bon endroit pour les visiteurs qui veulent découvrir le delta du Pô.

Ferrare, centre de la Renaissance

9 + 9 =

Pin It on Pinterest

Shares
Share This